Skip to main content

Visite au quartier des potiers à Fustat

Visite au quartier des potiers à Fustat
Eau, terre et feu, font la passion du potier

Les poteries sont toujours là pour parler au cœur de l'homme, lui renvoyer le geste éternel de la main qui modèle, façonne, pétrit et décore. La tradition du travail de la terre se perpétue, en Egypte, grâce à des maîtres potiers ou des céramistes, qui reprennent souvent les techniques ancestrales. Le quartier des potiers au Caire, tout près de Salah Salem (quartier de Fustat), est un centre important de production d'objets en terre cuite et en argile. Découvrez au fil d'une rapide visite des lieux, ces nombreux artisans, leurs ateliers primitifs et les salles d'exposition de leurs produits, qui ne sont que les trottoirs mi-pavés, mi-détruits. Ils créent de nouveaux pots culinaires, des objets décoratifs d'une grande variété, d'inspiration classique et résolument moderne, du même coup.


Plus qu'aucune activité de l'homme, la poterie est conservatrice de la mémoire. Ni le feu où elle est cuite et dont elle est la fille, comme s'expriment ses artisans, ni même l'eau qui a constitué sa matière, avant le feu qui la fixe, n'ont de prise sur elle. C'est le temps qui semble lui donner de la valeur et de la noblesse, là où il corrompt toute autre matière.
De tout temps, l'homme a taillé la pierre. Il l'a empilée en muret ou l'a sculptée. En Egypte, les carrières et les ateliers de poteries sont nombreux, chacun extrayant une qualité et une couleur différente enrichissant ainsi l'offre.
Ils apprécient leur mode de vie
Les potiers, eux-mêmes, disent: "Nos ancêtres ont été les premiers à occuper cette terre dans la capitale", se vantent les vendeurs et les artisans des lieux. Leur bonheur et leur plaisir à pratiquer leur mode de vie, même si tout leur corps est couvert de blanc des effets du travail de calcaire, ou même si leurs mains sont salies d'agile et de pâtes qu'ils modèlent et façonnent, à tout gré, pour former de différentes pièces, ils apprécient leur mode de vie.



 Ils se plaignent désormais de mener une vie isolée presque de tout dans la société. "Nous vivons éloignés du reste de la population, car on nous juge comme pollueurs et ainsi on nous confère un regard de dédain", déplore Ragab, un jeune potier qui étalait ces produits sur la rue. Et son patron Chawki de continuer, sur un ton navré: "Ils viennent et apprécient nos produits et les achètent à tout prix, pourtant, ils se contentent de nous payer l'argent puis s'éloignent rapidement comme si nous étions une espèce de fléau."
“La pâte est ma vie”
Pépé Mahrous, est le cheikh des potiers, conçoit ce métier d'une vision très spirituelle, nous laissant admirer la philosophie quand elle sort spontanément des simples. "La pâte est dans mes mains, je la manie et façonne, et je me creuse la cervelle pour faire sortir toutes mes potentialités créatives, afin de présenter un produit admirable, mais toutes ces capacités s'évanouissent devant celles de Dieu qui nous a créés tous à partir de cette même terre… Que Dieu est grand !", s'exclame Pépé Mahrous avec une totale obédience.



 Pépé Mahrous, ou cheikh des potiers, comme tient-il à se faire appeler, vit dans le quartier et exerce ce métier depuis des dizaines d'années. "C'est un métier ancestral, que nous avons hérité de père en fils (…) Au début nous étions plus appréciés, mais voilà, tout comme chaque métier artisanal, nous sommes menacés de disparition, face au tapage et au bouillonnement de la vie moderne et de son évolution qui gagne tout et qui menace l'art et la créativité", se plaint-il.
En tenant en main la pâte, vous la contemplez et lui parlez
Le fameux potier parle avec amour de son métier, mais regrette qu'elle soit marginalisée et oubliée. "En tenant en main la pâte, vous la contemplez et lui parlez, comme si l'on parlait à un être humain", dit fièrement Pépé Mahrous. Ce sexagénaire, au visage brun et aux mains durs - tant par l'âge que les longues années durant lesquelles il façonnait l'argile - se vante d'avoir quatre enfants, à qui il a appris le métier. "C'est le plus précieux héritage que je peux leur léguer (…) ils sont tous diplômés, mais ont préféré travailler avec moi", fait-il remarquer.
Faire aimer le métier
aux enfants
Puis il ajoute fièrement: "Mon cadet, Nader, est le plus attaché au métier. Il est marié et a trois enfants. Il a pensé comment faire aimer ce métier à ses enfants, eux qui sont des écoles de langues et qui vivent à l’ère de l'internet. C'est pourquoi, il eut l'idée de faire une sortie pour les élèves de l'école pour visiter le quartier des potiers (…) c'est au cours de cette sortie de divertissement que les enfants ont eu la chance de toucher la terre et de la modeler, puis ont fait des décorations et des dessins là-dessus, et c'est ainsi qu'ils ont aimé ce qu'ils ont fait et intelligemment Nader a réussi à faire aimer ce métier autant à ses enfants qu'aux autres", raconte Pépé Mahrous. Dans la région de Fustat, détonne le quartier des potiers. Dans cet endroit a été créé un centre conjointement par les autorités égyptiennes et le ministère italien des Affaires étrangères, afin de promouvoir l'art de la poterie et d'offrir une vitrine de cet art aux touristes.

www.egyptraveluxe.com
info@egyptraveluxe.com

Comments

Popular posts from this blog

How ancient Egyptians Were cutting the Obelisk from the Granite quarry?

Today, quarrymen cut and carve granite using saws with diamond-edged blades and steel chisels.

But ancient Egyptian quarrymen and stonemasons didn't have these modern tools. How, then, did they quarry and cut such clean lines in their obelisks and other monumental statuary?
To find out how ancient Egyptians quarried huge pieces of granite for their obelisks, i traveled to an ancient quarry in Aswan, located 500 miles south of Cairo. This is where the ancient Egyptians found many of the huge granite stones they used for their monuments and statues.

One of the most famous stones left behind is the Unfinished Obelisk, more than twice the size of any known obelisk ever raised. Quarrymen apparently abandoned the obelisk when fractures appeared in its sides. However, the stone, still attached to bedrock, gives important clues to how the ancients quarried granite.

Archeologist Mark Lehner, a key member of nova expedition, crouches in a granite trench that abuts one side of…

Hesi-re, the first Dentist, in ancient Egypt and in the world

Hesire was a high official who lived during the reign of Netjerikhet (Dosjer) 2686 BC to 2613 BC . His tutelary informs us of the many offices he had held during his life. Thus he was the 'overseer of the royal scribes', at the head of the royal administration of Djoser. His most spectacular title, however, was that of the 'greatest (or chief ?)of physicians and dentists'. It is not entirely clear whether this title infers that Hesire himself was honored as the greatest of physicians and dentists, or rather that he was merely responsible for the administration of physicians and dentists. But whatever the case, the distinction between 'physicians' and 'dentists' in his tutelary does show a high degree of medical specialization at this early stage of the history of Ancient Egypt..

Das Tal der Koenige

Die geographische Lage
Das Gebiet bei Theben lieferte ein vorzügliches Gebiet für das Anlegen einer königlichen Nekropole. Vom Westufer des Nils erstreckt sich eine flache Ebene zu einer Bergkette mit zahlreichen abgeschiedenen Tälern, die sich zwischen hohen Klippen und weichem Gestein durchschlängeln. Die Ebene eignete sich ideal für das Errichten der königlichen Totentempel. Die Täler hingegen boten genügend Platz, um viele kunstvoll in den Fels gehauene Gräber anzulegen. Auch aus symbolischen Gründen wählten die Alten Ägypter diesen Platz für das Errichten einer Nekropole. Blickt man von der Stadt Theben über den Nil auf das thebanische Bergmassiv, dann ähnelt es in der Gestalt einer riesigen Version der Hieroglyphe für "Horizont". Es ist das ägyptische Symbol für das Gebiet der auf- und untergehenden Sonne. Im Neuen…