Skip to main content

Cachette de Karnak.....Temple de Karnak

«Pendant un an et huit mois, nous avons pêché pour des statues dans le temple de Karnak ... Sept cents monuments en pierre ont déjà sorti de l'eau, et nous ne sommes pas encore à la fin ..." - Gaston Maspero, 1905.

En 1903, l’archéologue Georges Legrain fit une découverte exceptionnelle au nord-ouest de la cour du VIIe pylône, qui avait déjà livré dans sa partie sud de nombreux éléments d’architecture du Moyen et du Nouvel Empire : plus de 700 statues, 17000 bronzes et de nombreux autres objets furent mis au jour, au prix de fouilles rendues difficiles par les eaux d’infiltration. Le chantier se poursuivit jusqu’en 1907 et la plupart des statues rejoignirent le Musée du Caire.
En dehors d’un certain nombre d’effigies royales de toutes époques, les statues découvertes appartenaient généralement à des prêtres qui officièrent à Karnak entre le Nouvel Empire et la fin de l’époque ptolémaïque. En cela, la « Cachette » est une mine de renseignements sur le clergé et l’évolution des cultes. Des généalogies peuvent être reconstituées à partir de statues appartenant à différentes générations d’une même famille thébaine. Pour l’histoire de l’art, l’apport est tout aussi remarquable, car un grand nombre de types statuaires sont représentés. En outre, de nombreux petits objets de toutes sortes (stèles, plaques d'incrustation, amulettes, coudées votives, etc.) furent trouvés par Legrain lors de ces fouilles.


Paradoxalement, malgré l'intérêt majeur de cette découverte, ce corpus de statues et d'objets divers n'est toujours que partiellement connu.
Malheureusement, le journal de fouilles de Legrain, contenant la liste des découvertes (chacune portant un numéro K), n'a jamais été retrouvé. Bien que des catalogues de statues aient été publiés par Legrain et par d'autres savants, de nombreuses autres, qui se trouvent notamment dans le sous-sol du Musée du Caire, ne sont même pas ne serait-ce que mentionnées dans la littérature égyptologique. Par ailleurs, du fait que l'index du Porter and Moss, 2e éd., quoique très précieux, est maintenant déjà ancien, il s'avère être très difficile aux égyptologues de retrouver rapidement les références bibliographiques relatives aux objets appartenant à ce corpus. Le livre récent sur le travail de G. Legrain à Karnak, publié par M. Azim et G. Réveillac, fournit une excellente mise à jour mais seule une partie des objets est traitée. De plus, une vision globale de la Cachette est difficile à obtenir du fait que certains objets trouvés par Legrain sont maintenant exposés dans des musées provinciaux tout à travers l'Égypte ou dans des musées ou collections étrangers.


C'est pourquoi un projet de base de données sur la Cachette de Karnak a été lancé à l'IFAO en 2006. Les objectifs de ce projet étaient les suivants : créer une base de données scientifique comprenant tous les objets provenant de la Cachette ; établir une documentation photographique concernant cette trouvaille en numérisant les archives des collections existantes et en réalisant des photographies complémentaires ; décrire chaque objet ; founir les données muséographiques, épigraphiques, prosopographiques et la bibliographie complète qui le concernent ; et rendre accessible cette base de données en ligne. Un protocole de coopération a été signé en 2008 entre le Conseil Suprême des Antiquités, représenté par son Secrétaire Général, Dr. Zahi Hawass, et l'IFAO, représenté par sa directrice, Dr. Laure Pantalacci. Un comité scientifique, présidé par le professeur Ali Radwan, a été créé pour superviser les travaux. La coopération entre les deux institutions a permis la publication de cette base de données sur le web.

www.egyptraveluxe.com
info@egyptraveluxe.com






Comments

  1. En cela, la « Cachette » est une mine de renseignements sur le clergé et l’évolution des cultes. toursinegypt.co.uk

    ReplyDelete

Post a Comment

Popular posts from this blog

How ancient Egyptians Were cutting the Obelisk from the Granite quarry?

Today, quarrymen cut and carve granite using saws with diamond-edged blades and steel chisels.

But ancient Egyptian quarrymen and stonemasons didn't have these modern tools. How, then, did they quarry and cut such clean lines in their obelisks and other monumental statuary?
To find out how ancient Egyptians quarried huge pieces of granite for their obelisks, i traveled to an ancient quarry in Aswan, located 500 miles south of Cairo. This is where the ancient Egyptians found many of the huge granite stones they used for their monuments and statues.

One of the most famous stones left behind is the Unfinished Obelisk, more than twice the size of any known obelisk ever raised. Quarrymen apparently abandoned the obelisk when fractures appeared in its sides. However, the stone, still attached to bedrock, gives important clues to how the ancients quarried granite.

Archeologist Mark Lehner, a key member of nova expedition, crouches in a granite trench that abuts one side of…

Hesi-re, the first Dentist, in ancient Egypt and in the world

Hesire was a high official who lived during the reign of Netjerikhet (Dosjer) 2686 BC to 2613 BC . His tutelary informs us of the many offices he had held during his life. Thus he was the 'overseer of the royal scribes', at the head of the royal administration of Djoser. His most spectacular title, however, was that of the 'greatest (or chief ?)of physicians and dentists'. It is not entirely clear whether this title infers that Hesire himself was honored as the greatest of physicians and dentists, or rather that he was merely responsible for the administration of physicians and dentists. But whatever the case, the distinction between 'physicians' and 'dentists' in his tutelary does show a high degree of medical specialization at this early stage of the history of Ancient Egypt..

Das Tal der Koenige

Die geographische Lage
Das Gebiet bei Theben lieferte ein vorzügliches Gebiet für das Anlegen einer königlichen Nekropole. Vom Westufer des Nils erstreckt sich eine flache Ebene zu einer Bergkette mit zahlreichen abgeschiedenen Tälern, die sich zwischen hohen Klippen und weichem Gestein durchschlängeln. Die Ebene eignete sich ideal für das Errichten der königlichen Totentempel. Die Täler hingegen boten genügend Platz, um viele kunstvoll in den Fels gehauene Gräber anzulegen. Auch aus symbolischen Gründen wählten die Alten Ägypter diesen Platz für das Errichten einer Nekropole. Blickt man von der Stadt Theben über den Nil auf das thebanische Bergmassiv, dann ähnelt es in der Gestalt einer riesigen Version der Hieroglyphe für "Horizont". Es ist das ägyptische Symbol für das Gebiet der auf- und untergehenden Sonne. Im Neuen…